MARC ETIENNE

    • Actualités

    • The left and the right
    • Tingles on the...
    • Lovely
    • Doux-coudes
    • Hhhh
    • Aix les Bains index gauche
    • Découpé et vissé
    • Îlots Emo
    • Trap Houses
    • Sometimes I feel
    • Easy E
    • Update Mount
    • Linear Lean
    • Chopped and Screwed
    • Trapbahaus
    • Can You Dig It?...
    • Effets escomptés
    • Clap
    • La barbe à Rick Ross
    • Autist Redding (Shake)
    • Le pêcheur
    • Les sentiers de la perception
    • Kinski Reggae

    • Atelier La Source


    Copyright 2018 - Marc Etienne

 

 

Suivant la disposition dans laquelle il se trouve, le bernard-l'ermite accorde différentes significations à l'anémone de mer. Il lui attribue tour à tour une fonction protectrice, résidentielle, ou nutritionnelle.
Marc Etienne propose des pièces qui sont à la fois bavardes et laconiques, absurdes et logiques, évidentes et floues, indécises et tranchées.. Il se plaît à ne pas en cristalliser les contours, à en changer la facture, les dimensions, la signification selon l'occurrence. Une façon peut-être pour lui de ne pas prendre de décision trop hâtive.
Une constante se dégage cependant de cette "indécision choisie". C'est la posture du fan qu'il adopte et qu'il intègre à sa méthodologie. Il y a différentes manières d'être fan, différents degrés d'adoration. Marc Etienne aime à dire qu'il "s'y croit" lorsqu'il construit ses formes qu'il appelle "histoires". Tel un fan, avec sa propre économie, sa propre temporalité, il va s'appliquer à reproduire à la main les détails de l'accoutrement d'un chanteur. Une musique de film, une phrase tirée d'un morceau de rap, vont être autant de prétextes à des formes monumentales, des maquettes minutieuses ou des dessins.
Le bernard-l'ermite accorde à l'anémone la chance d'incarner plusieurs rôles dans son champ perceptif et dans son évolution. Marc Etienne, lui, prélève des formes qu'il charge d'un autre passé, d'un autre présent tout en leur laissant la possibilité de s'enrichir de différents évènements futurs.

Jean Colin, 2014





Mickael Jackson est mort et pourtant, il s'incarne toujours à travers ses fanatiques. Il y a de nombreuses manières d'être fan, de nombreux degrés d'adoration. Vivre au travers de l'identité d'un personnage populaire, c'est presque lui « sur-vivre »!
Marc Etienne sur-vie (à) sa propre identité faisant corps tantôt avec ses idoles, tantôt avec lui même. Il « s'y croit », construit les éléments de son histoire, une façon, peut-être, de la rendre publique.
Là nous voyons déjà qu'il n'est pas entièrement dévolu à ceux qu'il adore. Des objets évoquant d'autres passés et d'autres présents que les siens mais qui serviront d'ébauches à sa nouvelle personnalité. Au moment de faire corps avec son personnage de Batman, Bruce Wayne s'applique à penser sa tenue par rapport à sa prochaine popularité.
Marc Etienne, lui, produit de tout pièce et avec son économie, des formes qu'il historicise quasi immédiatement. Ne sait-on jamais, un jour, quelqu'un produira peut-être un film sur sa vie.

Pierre Gaignard 2010